Conflit ukrainien : consultation des communautés sur la ligne de front

Alors que le conflit en Ukraine s’éternise, les habitants qui vivent le long des lignes de front dans les régions de Donetsk et de Lougansk subissent à la fois les risques liés bombardements, et les conséquences de chaque nouvelle attaque.

Choisissant souvent de rester chez eux, alors que leurs fenêtres sont soufflées et que l’eau pénètre à travers les toitures endommagées par les bombes, les habitants sont coupés des réseaux d’électricité, de gaz et d’eau. Les dégâts sont tellement graves que le système de protection civile ne peut tout simplement plus intervenir. C’est dans cet esprit que, dans l’est de l’Ukraine, des organisations humanitaires comme ACTED organisent des réunions directement avec les membres des communautés touchées. Cela permet de mieux comprendre leurs besoins les plus pressants et d’aider les acteurs humanitaires à adapter leurs interventions.

Concevoir des projets plus pertinents en consultant les communautés

Pour encourager la résilience des civils touchés par le conflit, ACTED a organisé 16 discussions de groupe dans les communautés de première ligne en 2018 en Ukraine. Les conclusions de ces discussions ont permis de mieux comprendre les besoins et les priorités des populations touchées dans le secteur de la protection civile. Ces discussions de groupe ont également permises de mettre en lumière la résilience des communautés sur les lignes de front, tout en permettant aux acteurs humanitaires de mieux cerner la capacité des autorités locales à répondre aux urgences liées au conflit.

Ukraine Damage

Les habitants se cachent dans de simples sous-sols de leurs maisons qui ne fournissent pas le niveau de protection nécessaire contre les obus d’artillerie.

Les participants aux discussions ont exprimé que le manque d’abris anti-bombes était une de leurs préoccupation majeure. Non seulement manquent-ils d’abris, mais de plus, les abris disponibles ne répondent pour la plupart pas aux exigences de sécurité. En conséquence, les habitants se cachent dans de simples sous-sols de leurs maisons qui ne fournissent pas le niveau de protection nécessaire contre les obus d’artillerie.

Nous nous cachions dans le sous-sol de nos maisons. Le voisin a eu un coup direct dans leur sous-sol. Dieu merci, ils n’étaient pas là.

Participant anonyme au groupe de discussion

La construction, la reconstruction et l’équipement des abris anti-bombes devraient être considérés comme une priorité absolue.

Conflict takes its toll on the health of frontline communities

Stress constant sur la santé physique et mentale des habitants de la ligne de front

Conséquence directe de l’inquiétude constante suscitée par la proximité du conflit en Ukraine, l’immense majorité des participants a évoqué la nécessité de fournir un meilleur soutien psychologique. À l’heure actuelle, il existe très peu de programmes de formation pour les conseillers psychosociaux ou d’opportunités pour les membres de la communauté d’assister à des séances de thérapie de groupe. Les participants ont exprimé leur volonté de prendre part à diverses formations, notamment en ce qui concerne l’éducation aux dangers des mines, les premiers secours et une formation sur la réactions à avoir dans divers types de situations d’urgence liées à un conflit.

Les gens sont moralement épuisés. Leurs mains tremblent après chaque bombardement. Nous les soutenons principalement par le biais de médicaments anti-stress.

Participant anonyme au groupe de discussion

Ukraine Damage

Sur la base de ces discussions, ACTED cherche activement des moyens d’intégrer les programmes de formation dans ses futurs projets en Ukraine, afin de mieux faire connaître les des mesures simples et efficaces pour sauver des vies pouvant être prises en cas d’urgence. Ces efforts aideront à renforcer la résilience des communautés.

Renforcer la résilience en situation d’urgence

Alors que les préoccupations discutées dans les groupe de discussion différaient d’un domaine à l’autre, les participants ont généralement convenu que le système d’évacuation proposé par l’État ukrainien était insuffisant. Pour ceux qui ont dû être évacués dans le passé, l’expérience a été marquée par une mauvaise organisation, un manque de ressources financières et, ce qui est plus important, par une incertitude quant à l’évacuation elle-même en raison du manque de préparation et de communication. En outre, de nombreuses personnes évacuées ont été victimes de pillages.

Fournir un soutien complet aux personnes touchées par le conflit

Depuis le début du conflit, l’État a eu du mal à fournir un soutien complet aux personnes touchées par le conflit. Cela incluait une capacité insuffisante à donner des conseils ou à fournir des ressources pour protéger les biens des personnes évacuées. Malgré certains progrès, il reste essentiel d’améliorer encore le processus d’évacuation, par exemple en fournissant des logements d’urgence aux personnes évacuées et en encourageant une plus grande sensibilisation au processus d’évacuation.

Une fois qu’une maison a été abandonnée, il ne reste que les murs.

Anonymous FGD participant

Ukraine Damaged House

Lors de ses prochaines phases de programmation en Ukraine, ACTED cherchera à améliorer les mesures d’évacuation en collaborant étroitement avec les autorités des zones de déplacement et des zones d’accueil.

En intégrant les informations recueillies lors des discussions quotidiennes sur les défis auxquels la population est confrontée, ACTED s’efforce de fournir une assistance humanitaire qui puisse, à long terme, renforcer la préparation et la résilience des communautés touchées par le conflit et améliorer les capacités locales pour faire face à l’adversité. et le stress. Dans cette optique, les futurs projets d’ACTED en Ukraine offriront une part active aux communautés vivant sur les lignes de front et proposeront aux autorités locales des formations, des consultations, un soutien technique et matériel, une coordination des parties prenantes et des activités de renforcement des compétences locales.

Production d’un rapport complet sur les conclusions des groupes de discussion

En outre, un rapport complet contenant les conclusions des groupes de discussion dirigés par ACTED a été communiqué aux groupes sectoriels des Nations Unies, aux ONG et aux autorités locales ukrainiennes afin d’informer plus largement la réponse humanitaire.

Cette activité a été mise en œuvre avec le soutien de l’Union européenne / UE par le biais de ses opérations de protection civile et humanitaires (ECHO) et du peuple américain par le biais de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID).


Connectez-vous pour laisser un commentaire