En Haïti, des structures de santé au bord de l’effondrement

Dix ans après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti, l’organisation médicale humanitaire internationale, Médecins Sans Frontières (MSF), publie un rapport soulignant la détérioration des installations médicales dans un système de santé au bord du gouffre.

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre de magnitude 7,0 frappait Haïti, faisant des milliers de morts et de blessés, laissant des millions de personnes sans-abri et détruisant de nombreux hôpitaux dans le pays. Présente dans le pays depuis 1991, MSF perdait 12 employés tués dans la catastrophe. Deux des trois centres médicaux soutenus par MSF étaient par ailleurs gravement endommagés. En réponse aux besoins urgents et immenses de la population, MSF lançait cette année-là l’une de ses opérations d’urgence les plus importantes jamais réalisées, afin d’assister plus de 350 000 personnes impactées par le tremblement de terre en seulement 10 mois.

Port-au-Prince, Haïti, 21 janvier 2010
Vue aérienne de la ville et de l’étendue des dégâts causés par le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Port-au-Prince, Haïti, 21 janvier 2010 © Paul Cabrera

Dix ans plus tard, le système de santé reste en grande difficulté

« Ce tremblement de terre catastrophique a tué des milliers de personnes, déplacé des millions d’hommes, de femmes, d’enfants et détruit 60% du système de santé haïtien qui était déjà en difficulté avant le séisme » témoigne Hassan Issa, chef de mission de MSF en Haïti. « Dix ans plus tard, la majorité des décombres ont été nettoyés, les gens ont pu regagner leurs maisons, de nouveaux hôpitaux ont pu être construits et la plupart des acteurs humanitaires médicaux ont quitté le pays. »

En dépit des progrès réalisés depuis le tremblement de terre, le système sanitaire haïtien est à nouveau au bord de l’effondrement, pris au piège d’une crise politique et économique croissante. Il faut agir pour donner la priorité aux soinsHassan Issa, chef de mission de MSF en Haïti

Le rapport, Haïti 10 ans après, insiste sur les difficultés de fonctionnement des infrastructures médicales dans un contexte de crise politique et économique depuis une hausse du prix du carburant en juillet 2018 et de pénuries de médicaments, de sang pour les transfusions ou encore de personnel. En 2019, le pays est resté bloqué à maintes reprises pendant plusieurs semaines, les rues étant couvertes des barricades faites de pneus et de câbles. Les déplacements des ambulances, des travailleurs de santé, des fournitures médicales et des patients s’en sont retrouvé entravées. Les troubles économiques et les tensions politiques se sont intensifiés et les installations médicales – y compris celles gérées par MSF – ont eu des difficultés à répondre aux besoins des patients.

Port-au-Prince, Haïti, 13 juin 2019
Un manifestant bloque une rue avec des pneus en feu lors d’une manifestation à Port-au-Prince appelant au départ du Président Jovenel Moïse. Port-au-Prince, Haïti, 13 juin 2019 © Jeanty Junior Augustin/MSF

Actualité récente › 05.12.2019

Depuis 2019, une nouvelle crise et des besoins urgents

En réponse à cette crise récente, MSF a lancé de nouveaux projets afin de venir en aide aux populations en manque d’accès aux soins de santé. En novembre 2019, MSF a rouvert un centre de traumatologie de 50 lits dans le quartier de Tabarre à Port-au-Prince.

Nous savions que nous répondions à un besoin pour les cas graves et urgents, mais la situation est encore pire que ce que nous imaginions. Il est nécessaire que d’autres acteurs se mobilisent pour répondre aux besoins médicaux actuelsHassan Issa, chef de mission de MSF en Haïti

Au cours des cinq premières semaines, le service de traumatologie y a accueilli 574 patients dont plus de la moitié blessée par balle. L’organisation a également renforcé son aide au ministère de la Santé en faisant des dons d’articles médicaux, en réhabilitant certaines installations, en formant le personnel du principal hôpital public de Port-au-Prince, ainsi qu’en soutenant un hôpital à Port Salut dans le département du Sud et 10 centres de santé dans tout le pays.

Haïti, dix ans après – Rapport

Haïti: ouverture d’un hôpital spécialisé en traumatologie

Haïti, 10 ans après: interview d’Isabelle Mouniaman-Nara


Connectez-vous pour laisser un commentaire