Haïti: Six mois après l’ouragan Matthew, des besoins toujours importants

Le 4 octobre 2016, le passage de l’ouragan Matthew sur Haïti a laissé la population en état de choc. Les départements du Grand Sud, frappés directement par l’œil de l’ouragan, se relèvent difficilement après la catastrophe, qui a causé près de 500 morts et 246 blessés, et détruit un nombre considérable d’infrastructures. Aujourd’hui, six mois après le passage de Matthew, la phase de première urgence se termine, mais les besoins sont toujours importants : les populations ont du mal à faire face au manque de nourriture et d’eau potable, et n’ont pour beaucoup toujours pas de toit en dur sur leur tête. 1,4 million d’Haïtiens ont besoin d’aide humanitaire immédiate.

La réponse de première urgence d’ACTED

Aux lendemains du passage de l’ouragan, ACTED a concentré sa réponse de première urgence sur les besoins essentiels des populations : abris, eau et nourriture.

Avec 146 000 familles ayant perdu leur maison, l’accès aux abris a constitué l’une des priorités. Des bâches et des kits de réparation légers ont été distribués aux familles pour leur permettre de recouvrer rapidement un abri, au moins temporaire, ainsi que des lampes solaires aux familles vivant dans les zones les plus sinistrées pour leur permettre de s’éclairer et d’éviter les incidents liés à l’absence de lumière.

Dès le mois d’octobre, les équipes d’ACTED ont organisé des distributions de nourriture et d’eau potable. Chaque ration alimentaire distribuée permet à une famille de se nourrir pendant un mois. Les distributions de nourriture sont accompagnées de distributions de kits de cuisine pour permettre aux familles ayant tout perdu de pouvoir continuer à préparer les repas. Quatre moyens de faciliter l’accès à l’eau potable ont été mis en place : la réhabilitation de sources d’eau, l’installation de points de chloration, l’installation de stations de traitement de l’eau et la distribution de pastilles de purification de l’eau Aquatab. En tout ce sont plus de 9 millions de litres d’eau potable qui ont été fournies aux populations affectées.

Lire aussi : Haïti, inauguration du système d’adduction en eau potable à Thiotte : un progrès durable et La tarification de l’eau, symbole de progrès social en Haïti

L’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement est un axe particulièrement important de la réponse d’ACTED. Plus de 17 300 kits d’hygiène, contenant des savons, des récipients pour transporter et stocker l’eau potable et des brosses à dents ont été distribués, et un volet de promotion de l’hygiène est intégré dans la plupart des interventions menées par les équipes sur place.

Lutter contre le choléra et garantir l’accès à l’eau potable deux objectifs indissociables

Dès le lendemains de l’ouragan, les coulées de boues, les inondations, la destruction des systèmes d’eau potable, les conditions d’hygiène et sanitaires difficiles des zones touchées et la promiscuité dans laquelle les personnes déplacées se sont retrouvées ont immédiatement fait craindre une forte recrudescence de l’épidémie de choléra dans les départements du Grand Sud. Les cas de choléra recensés dans la zone ont en effet plus que doublé entre le mois de septembre et d’octobre 2016.

La qualité de l’eau est déterminante dans la lutte contre le choléra, causé par l’absorption d’eau ou d’aliments contaminés : les actions d’amélioration de l’accès à des sources d’eau potable sont donc clefs pour prévenir les flambées et la propagation du choléra. Ces actions d’accès à l’eau sont indissociables de programmes de promotion de l’hygiène et bien sûr de traitement des cas de choléra.

En complément des opérations visant à améliorer l’accès à l’eau potable et à l’hygiène, ACTED a mobilisé 20 équipes mobiles supplémentaires dans les départements du Grand Sud pour prévenir la propagation de la maladie. Les équipes mettent en place un « cordon sanitaire » autour des lieux où sont recensés des cas de choléra. Tout un protocole un déployé, qui va du référencement des cas de choléra vers les centres de traitement, la désinfection des maisons du voisinage, la sensibilisation de la communauté, avec des actions visant à expliquer aux familles comment se prémunir de la maladie, associés à des distributions de kits de prévention. 6800 maisons ont été décontaminées depuis octobre 2016. 10 unités de traitement du choléra ont également été réhabilitées en urgence dans les zones les plus à risques.

Un effort particulier est porté sur les actions de sensibilisation pour limiter les pratiques à risques des populations : cela passe par une prise de conscience au niveau des pratiques individuelles, des ménages, mais aussi au niveau communautaire, notamment par rapport à la consommation d’eau insalubre et l’intégration de l’accès à l’eau potable comme une priorité essentielle. Tous ces facteurs permettent de mieux réagir face à la maladie et donc de briser les chaînes de transmission.

Grâce aux efforts conjoints d’ACTED et des acteurs engagés dans la lutte contre le choléra, la recrudescence massive de la maladie dans le Grand Sud a pu être évitée. Néanmoins, les foyers de maladie persistent, particulièrement dans les départements du Centre, de l’Ouest et de l’Artibonite. ACTED poursuit ses efforts et multiplie les stratégies pour éradiquer la maladie. Deux systèmes d’adduction en eau potable détériorés par l’ouragan seront en outre bientôt réhabilités par nos équipes afin de garantir un accès durable à une eau saine, et ainsi éviter la contraction de maladies d’origine hydrique.

Lire aussi : Les équipes d’ACTED Haïti mobilisées au quotidien contre le choléra – Une journée en images


Connectez-vous pour laisser un commentaire