Madagascar : trouver des nouvelles solutions pour l’accès à l’eau potable

Dans les forêts tropicales du nord-est de Madagascar, de nombreuses personnes tombent malades à cause de l’eau qu’elles boivent. Cette région abrite des centaines de villages accessibles uniquement par bateau ou à pied, qui ont presque tous besoin d’un approvisionnement en eau potable. 
L’équipe de Medair s’est rendue dans des dizaines de villages pour  installer des puits munis d’une pompe manuelle. Et aujourd’hui, la différence est très nette.
“« Depuis que nous utilisons la pompe, je n’ai plus entendu parler de cas de diarrhée dans notre voisinage », explique Louisette, mère de trois enfants. « Avant, nous devions envoyer des enfants au centre de santé toutes les semaines ! ». 
Pour autant, il ne suffit pas de se rendre dans village et d’y installer un nouveau puits pour résoudre des problèmes majeurs, tels que le manque d’eau potable. En réalité, il existe rarement de « solutions miracles » lorsqu’il s’agit de changer des vies. Au contraire, il faut apprendre à connaître la communauté, à se familiariser lentement avec ses besoins et ses désirs avant de trouver les solutions les plus adaptées. 
Trouver des solutions à des problèmes complexes fait partie des défis que doivent relever les membres de l’équipe de Medair, surtout lorsqu’ils interviennent dans des endroits difficiles d’accès. C’est pourquoi nous avons été encouragés par le travail qu’ils ont réalisé récemment. Ils ont découvert que les habitants d’une communauté ne buvaient pas l’eau potable du nouveau puits à cause d’une forte concentration de fer. L’équipe a immédiatement commencé à réfléchir à des solutions.
Même si une eau avec une forte concentration de fer peut être bue sans danger, la vue, l’odeur et le goût peuvent être désagréables. Par conséquent, les familles continuaient à boire l’eau non potable qu’elles avaient l’habitude de boire même si cela les rendait malades.
« Parfois, l’eau était tellement chargée en fer qu’une épaisse couche rouge-orangé flottait à la surface », souligne Nadège, responsable de l’infrastructure d’approvisionnement en eau à Madagascar. « Non seulement, le goût et l’odeur du fer étaient très forts, mais l’eau laissait également des taches orange sur les vêtements ».
Nadège et l’équipe étaient convaincues qu’il y avait une solution pour résoudre ce problème.
Après avoir passé en revue différentes techniques, l’équipe a décidé d’installer un système de déferrisation directement sur le point d’eau. Ce nouveau système expose l’eau chargée en fer à l’oxygène présent dans la tuyauterie menant au robinet. « L’oxygène transforme le fer en particules solides, qui peuvent être filtrées avant d’atteindre le robinet », explique Nadège.
Bien qu’étant encore en phase de test, ce système a résolu le problème, pour le plus grand plaisir des habitants ! À Ankofa, c’est désormais une eau propre et claire qui sort des robinets. Elle n’a plus de couleur, d’odeur ni de goût et les gens boivent de nouveau l’eau de cette source protégée. « Désormais  tous les villageois sont très satisfaits de la qualité de l’eau », ajoute Nadège.
Plus d’infos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *