Des mesures pour protéger la population des attaques de colons en Cisjordanie

En Cisjordanie, les Palestiniens sont régulièrement confrontés à des attaques de colons. Afin de protéger la population, Première Urgence Internationale développe des projets de protection dans le nord du territoire. Ein ar Rashash, un village particulièrement visé par les attaques, bénéficie du soutien des équipes. Les habitants constatent aujourd’hui une véritable amélioration

Sami et Fatmeh vivent avec leurs enfants à Ein ar Rashash, un village de Cisjordanie. Il se trouve dans la vallée de Ras at Tawil, connue par Israël comme vallée de Shilo, entre les villes de Ramallah et Naplouse. Les villages de cette région se situent à proximité d’un nombre élevé de colonies et d’avant-postes en forte expansion. Or ils sont régulièrement victimes d’attaques de la part de colons. Les maisons au bord des villages se trouvent parfois à seulement 200 mètres d’une maison de colons. Ces attaques varient dans la forme. Elles vont des actes d’intimidation jusqu’aux agressions physiques et à la destruction de biens et de cultures. Cette situation démontre que des mesures pour protéger la population des attaques de colons en Cisjordanie sont nécessaires.

Protéger la population des attaques de colons en Cisjordanie

« Les colons veulent nous obliger à partir », confie Sami. « Nous sommes aux prises avec eux en continu. Ils nous empêchent d’accéder à notre champ, ils nous volent des moutons. Ils suivent nos enfants en chemin à l’école. Ils projettent des lumières sur nos tentes pendant la nuit en chantant et dansant ». Ces actes de violence ont des répercussions sur les moyens de subsistance de ces familles, provoquant des pertes économiques importantes. « L’année dernière, je me suis endetté pour pouvoir acheter du fourrage, car les colons nous empêchaient d’utiliser le puits et de cultiver de l’orge », explique Sami.

Désormais, le chef du Conseil du village et les membres du Comité de surveillance communautaire préviennent l’équipe de bureau de Naplouse de Première Urgence Internationale à chaque fois qu’un accident a lieu. L’équipe technique et de protection se réunissent ensuite. Elles évaluent s’il faut agir et de quelle manière, pour venir en aide à la famille victime de violence. Dans certains cas, l’intervention est mise en place en coordination avec d’autres ONG qui possèdent une compétence complémentaire. L’objectif : protéger la population des attaques de colons en Cisjordanie.

« Notre vie quotidienne s’est améliorée »

C’était le cas pour les ménages du village de Sami et Fatmeh, qui, après une évaluation de la situation, ont reçu de la part de Première Urgence Internationale et d’autres ONG, un générateur, un système d’éclairage, deux citernes et des clôtures pour protéger les champs et le bétail.

Fatmeh témoigne du changement apporté par ces interventions : « Notre vie quotidienne s’est améliorée depuis que les citernes se trouvent à quelques pas de notre tente. Auparavant, nous devions récupérer l’eau du puits dans les champs et nous devenions les cibles d’attaques de la part de colons vivant à côté. Les colons avaient l’habitude de s’approcher de notre tente pendant la nuit pour nous lancer des objets et nous intimider. Nous nous cachions à l’intérieur pour surveiller les enfants. Depuis que le système d’éclairage a été installé, ils ne viennent plus pendant la nuit. En outre, grâce au générateur, nous pouvons recharger nos téléphones portables, ce qui nous permet d’appeler à l’aide si nécessaire».

Répondre à la violence des colons

Première Urgence Internationale intervient dans le nord de la Cisjordanie, dans le Territoire palestinien occupé, depuis 2002. Les projets de protection comprennent :

  • le soutien aux agriculteurs dont les terres connaissent des restrictions d’accès ;
  • l’assistance en eau, hygiène et assainissement ;
  • une réponse à la violence des colons grâce à un mécanisme de prévention et de notifications ;
  • une réponse de protection pour les ménages et les communautés attaqués par les colons ou à risque de confiscation de terres et de déplacement forcé.

Laisser un commentaire