Soudan du Sud : Avoir la chance d’être en vie

Quand Adiew raconte son histoire, elle nous parait tout sauf chanceuse.

À 22 ans, Adiew a fui les violents conflits qui ont éclaté près de chez elle, avec son mari et leurs quatre enfants, pour rejoindre le camp de déplacés de Mingkaman situé sur les rives du Nil. Elle n’a pas revu son mari depuis leur fuite. Il est parti chercher du travail et n’est jamais revenu. Un an plus tard, elle perdait une fille au paludisme ; sa voix se brise quand elle nous en parle.

Trois ans se sont écoulés. Toujours dans le camp de Mingkaman, Adiew travaille sans relâche pour trouver de quoi nourrir ses enfants mais ces derniers mangent rarement plus d’un repas par jour : « Nous nous nourrissons des nénuphars que je ramasse. »

Pourtant, elle s’estime chanceuse. En effet, Adiew a survécu au choléra, l’une des maladies les plus mortelles au Soudan du Sud. Elle est arrivée à temps à l’hôpital où elle a pu être soignée. « C’est une maladie très, très dangereuse. Elle tue beaucoup de monde, confie-t-elle. Les gens souffrent beaucoup à Mingkaman. Le nombre de personnes infectées est trop élevé. »

Le Soudan du Sud fait actuellement face à l’épidémie de choléra la plus longue et la plus étendue depuis l’indépendance du pays en 2011. Cette maladie transmise par l’eau, extrêmement contagieuse, peut tuer en quelques heures. « À Tar, par exemple, pour boire, la population ne dispose que de l’eau sale des marécages », raconte  le docteur Liz Lewis, humanitaire chez Medair. « Des marécages qui sont aussi utilisés pour déféquer, ce qui constitue une importante source de contamination. Avec très peu de services de santé disponibles dans la région, beaucoup de personnes sont en grand danger de mort. »

À Ayod, Medair a installé une unité de traitement du choléra et a œuvré pour garantir un accès à l’eau potable ainsi que pour sensibiliser la population à l’assainissement et à l’hygiène. Nous menons des campagnes de masse de vaccination orale contre le choléra au Soudan du Sud parce que des solutions à court terme sont parfois nécessaires pour sauver des vies. Ces vaccins, administrés en une ou deux doses, peuvent protéger jusqu’à cinq ans.

En février, Medair a vacciné 30 772 personnes contre le choléra dans une région très isolée et difficile d’accès. Actuellement, ce sont  68 000 personnes qui sont vaccinées à Mingkaman. « Nous devons transporter des dizaines de milliers d’ampoules qu’il faut conserver au froid. C’est un gros projet exténuant mais savoir que cela permet de protéger 68 000 personnes en vaut la peine ! », confie Diana, humanitaire chez Medair.

C’est décourageant de voir tant de souffrance et de ne pas pouvoir en faire plus pour aider les personnes comme Adiew. Néanmoins, jusqu’à présent, nous avons pu lui apporter notre aide, ainsi qu’à ses enfants, grâce à un vaccin qui peut leur sauver la vie. « Je suis heureuse pour les vaccins et je vous suis reconnaissante », déclare Adiew.

Sa sincère gratitude nous rappelle que même de petits actes comme celui-ci peuvent changer les choses. Adiew se réveille tous les matins le ventre vide, loin de son mari, et pourtant elle ne perd pas l’espoir qu’un jour, les choses iront mieux. L’amour qu’elle porte à ses enfants et sa détermination à se battre pour leur survie sont flagrants.

Le travail de Medair au Soudan du Sud est rendu possible grâce au soutien de l’Union européenne, de l’Agence des États-Unis pour le développement international, du Gouvernement du Royaume-Uni, du Fonds humanitaire commun pour le Soudan du Sud, de la Direction suisse du développement et de la coopération, du Département d’État américain et du Ministère néerlandais des Affaires étrangères par l’action concertée de la Dutch Relief Alliance (pour le Soudan du Sud), en partenariat avec (Tear NL), ainsi que grâce à la générosité de nos donateurs privés.

Ce contenu a été élaboré à partir de ressources recueillies par le personnel de Medair sur le terrain et au siège. Les points de vue qui y sont exprimés n’engagent que Medair et ne reflètent en aucun cas l’opinion officielle d’autres organisations.


Nouvelles et Histoires Liées

En Savoir Plus Sur Cette Région

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *