Tchad : 10.400 enfants tchadiens scolarisés grâce aux programmes de Première urgence.

Les populations de l’est du Tchad sont particulièrement affectées par la crise du Darfour et les conflits internes tchadiens. Les enfants privés d’école subissent au quotidien les conséquences de la guerre. En effet, l’affluence des populations déplacées et réfugiées ainsi que l’insécurité chronique de la région fragilisent un système éducatif tchadien doté de peu de ressources et de capacités.
Depuis mai 2007, Première Urgence œuvre en faveur des enfants déplacés et hôtes de la région du Ouaddaï, afin de leur donner accès à une éducation primaire de qualité : 79 écoles temporaires construites, 79 maîtres communautaires formés.
Actuellement, les parents doivent se débrouiller pour payer les maîtres communautaires. Pour eux, l’école coûte chère et l’enfant devrait surtout aider aux travaux quotidiens, afin d’assurer des revenus suffisants à la famille.
Dès 2008, conscient de ces obstacles, Première Urgence a sensibilisé les familles pour lancer la création d’association de parents d’élèves. Les parents sont encouragés à s’investir dans la réalisation d’activités génératrices de revenus communautaires en faveur de l’école. Ainsi, 42 associations de parents d’élèves reçoivent des formations les aidant à la gestion de ces activités qui sont pour la plupart en relation avec les travaux agricoles, tels qu’un service de location de charrettes pour le transport des productions ou la culture et l’entretien de parcelles communautaires (dont les produits seront revendus aux profits des écoles).

Ces activités génératrices de revenus assurent désormais aux maîtres un revenu fixe et stable toute l’année. Cela encourage le maître à rester en poste. Auparavant, non rémunérés pendant plusieurs mois, enseignant dans des zones instables éloignées de leur propre village, certains maîtres quittaient leur poste en cours d’année scolaire.
Première Urgence encourage l’intégration des maîtres afin qu’ils soient prêts à continuer l’enseignement en 2009/2010.

Désormais 10.400 enfants de la zone bénéficient d’une éducation primaire de qualité, soit 54 % des enfants scolarisables. Dans tout l’Est du Tchad, il y a encore 40.000 enfants en âge d’aller à l’école qui ont été déscolarisés ou jamais scolarisés.

Première Urgence continue à inciter le gouvernement à assumer ses responsabilités pour opérer un transfert progressif des activités actuellement réalisées par l’ONG vers le Ministère de l’Education, dans le but d’assurer la pérennité du projet et de donner à un plus grand nombre d’enfants l’accès à une éducation de qualité.
Pour en savoir plus sur nos programmes au Tchad…

Pour nous aidez-nous à scolariser ses enfants…

Laisser un commentaire