Urgence Haïti – La réponse d’ACTED à l’ouragan Matthew

Premières distributions humanitaires  à Grand’Anse et dans le département du Sud – ACTED lance un appel aux dons

Port-au-Prince, le 8 octobre 2016 – Les équipes de l’ONG française ACTED présentes dans la péninsule sud d’Haïti pendant le passage de l’ouragan Matthew procèdent depuis jeudi 6 octobre à des distributions humanitaires dans les départements de Grand’Anse et du Sud, en appui à la protection civile et la Croix rouge haïtienne. Ce sont 5000 personnes qui ont bénéficié d’une première aide alimentaire, de distributions de sacs de riz, d’eau potable, de pastilles de chloration de l’eau ou de kits de première nécessité.
Les équipes d’ACTED avait auparavant travaillé au déblaiement des routes du centre-ville de Jérémie (Grande Anse) avec les pompiers municipaux et la Croix rouge haïtienne, au lendemain de l’ouragan.
Depuis 8 heure ce samedi matin (heure local), les opérations de distributions de kits d’hygiène, de bidons, de bâches plastiques, de couvertures, d’eau et de nourriture ont repris dans la ville de Jérémie. 420 000 pastilles de chloration de l’eau aquatabs vont être distribuées ainsi que des kits d’hygiène et des moustiquaires.

ACTED appuie en outre l’hôpital de la ville en mettant à disposition du matériel et des kits d’hygiène, et va réhabiliter le centre de traitement du choléra. Les équipes installent également des bladders (réservoirs d’eau souple) pour stocker et assurer la distribution d’eau potable.

6 unités de traitement de l’eau mises à disposition par la Fondation Veolia et envoyées depuis Paris viendront renforcer l’accès des populations affectées à une eau potable indispensable pour survivre et prévenir les maladies hydriques, ou plus graves encore, une épidémie de choléra dont les conséquences pourraient être dramatiques. Ces unités qui arriveront mardi 11 octobre à Port-au-Prince seront transportées par hélicoptère jusqu’à la ville de Cayes, avant d’être acheminées par la mer sur différents points de la côte ouest, pour accéder aux mornes du Sud et de la Grand’Anse sans aide jusqu’ici.

Afin de soutenir les opérations en cours et appuyer les 350 000 personnes affectées par l’ouragan en Haïti, ACTED lance un appel aux dons en ligne (www.acted.org/fr/soutenir-notre-action) et appelle les entreprises et collectivités locales françaises à soutenir les premières actions d’urgence, mais également à accompagner, dans la durée, nos programmes pour permettre aux communautés les plus affectées de l’île de se reconstruire, retrouver un toit, assurer leur sécurité alimentaire et un accès à des moyens de subsistance, notamment agricole.

 

Quelques informations complémentaires tirés des évaluations menées depuis 72 heures par une équipe d’ACTED forte de 35 personnes dans le Sud :

  • Il est confirmé que les impacts les plus importants se concentrent sur le Sud et la Grand’Anse. Cependant d’autres zones ont été également atteintes (pointe Nord-Ouest, côtes de l’Artibonite), avec des impacts qui semblent être moins dévastateurs malgré tout.
  • Les reconnaissances aériennes faites par nos équipes établissent très clairement la zone d’impact principale qui est l’Ouest de la péninsule Sud avec un axe assez clair des Cayes à Roseaux. L’aperçu depuis l’hélicoptère présume des dégâts particulièrement considérables et assez uniformes sur l’ensemble de la zone d’impacts. Il a été constaté des éboulements et glissements de terrain bloquant les accès routiers de la majeure partie de la zone, des crues considérables de toutes les rivières, la quasi-totalité des arbres arrachés, l’inondation des côtes et d’une grande partie des champs.
  • La coordination qu’il existe à Jérémie entre la Croix-Rouge Haïtienne, la Direction de la Protection Civile et ACTED pour les premières distributions qui ont eu lieu et pour les diagnostics est efficace – c’est le système que nous chercherons à conserver dans les réponses d’urgence à venir.
  • Nos équipes ont pu également nous avertir que des alertes choléra de plus en plus nombreuses dans la ville leur arrivent. Le système d’alerte reposant en grande partie sur les réseaux télécom, la situation est particulièrement inquiétante puisque les alertes ne peuvent pas être données aux équipes dans les délais nécessaires pour stopper la chaîne de contamination.
  • Le réseau d’adduction d’eau potable de la ville de Jérémie (48 000 habitants) est détruit et il n’y a plus du tout d’énergie dans la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *