Urgence pour la démocratie : Sauvons le journalisme et les médias !

Appel aux autorités fédérales et cantonales . La pandémie du coronavirus précipite l’industrie des médias suisses dans une des pires crises de son histoire. Le secteur, déjà fortement précarisé par la fuite d’une grande partie de ses revenus vers les plateformes digitales mondialisées, voit aujourd’hui, en plein confinement, ses revenus publicitaires s’effondrer. La survie de nombreux titres de la presse, de radios et télévisions locales et de sites journalistiques est en jeu.

Dans ce contexte, nous appelons les pouvoirs publics – Conseil fédéral, Parlement fédéral et cantons – à prendre conscience des effets politiques et sociaux désastreux d’une telle situation et à entrer en action, afin de permettre aux éditeurs, aux journalistes, employés ou indépendants, et à toutes les professions qui dépendent de l’industrie des médias, d’accomplir leur mission. Jamais le public n’a eu autant besoin d’informations vérifiées et fiables.

Il faut agir sans attendre, prendre des mesures de toute urgence pour soutenir massivement une branche essentielle à notre démocratie participative. Il faut aussi préparer l’avenir et les moyens à mettre en vigueur.

Sans tarder, nous demandons à la Confédération de créer un fonds d’aide urgente aux médias afin qu´ils puissent poursuivre leur travail journalistique. Les autorités doivent augmenter l’aide à la distribution des journaux, postale ou privée, assurer la sauvegarde des imprimeries, des titres et des stations d’importance systémique pour leur région, des agences de presse, des plateformes et sites en ligne, et le financement d’enquêtes et de reportages de journalistes, d’auteurs documentaires et d’autres fournisseurs de contenus, par la création d’un fonds de soutien et une bourse dédiés à l’enquête et au reportage.

Pour l’après-crise, et sans perdre de temps non plus, il s’agira de repenser le modèle d’aide publique à la presse, écrite, numérique et audiovisuelle. Le secteur des médias privés a été totalement bouleversé ces dernières années et a perdu son modèle d’affaires, basé sur la publicité. Aussi faudra-t-il très rapidement, outre la garantie des prestations du service public et celle de pouvoir compenser ses pertes de revenus publicitaires, consacrer le surplus de la redevance audiovisuelle, complété par la Confédération et les cantons, à un tel fonds d’aide à la presse privée et aux indépendants.

Journalisme, presse et médias sont des piliers indispensables de la démocratie directe suisse et doivent pouvoir compter sur un socle économique minimum pour accomplir leur mission. Ces branches doivent aussi garantir un journalisme de qualité, respectueux de l’éthique de la profession, pour répondre au mieux à la grande mutation technologique qui les concerne et assurer leur rôle de cohésion sociale.

Organisations signataires et leurs représentant.e.s

Stephanie Vonarburg, viceprésidente syndicom
Franca Siegried, présidente impressum
Jerôme Hayoz, secrétaire central SSM
Martin Stoll, viceprésident investigativ.ch
Manuel Puppis, président Media forti
Camille Roseau, coprésident Verband Medien mit Zukunft
Frédéric Gonseth, président Medien für alle
Gérard Tschopp, président Reporters sans frontières

https://syndicom.ch/…/urgence-pour-la-democratie-sauvons-l…/


Connectez-vous pour laisser un commentaire