ONU exprime ses craintes au sujet de la nouvelle orientation de la coopération suisse

Le changement d’orientation en matière de politique de développement suscite des inquiétudes selon l′expert de l’ONU, rejoignant ainsi les préoccupations exprimées par le CETIM et la FGC. 

Durant sa visite en Suisse en septembre 2019, le Rapporteur spécial sur le droit au développement, M. Saad Alfarargi, a noté que le projet de Message sur la coopération internationale de la Suisse 2021-2024, dans lequel figurent les plans stratégiques du pays dans ce domaine, propose de nouveaux critères en matière d’aide humanitaire et la coopération au développement, en l’occurrence les intérêts de la Suisse et les avantages relatifs pour la Suisse au niveau international.

« Je crains que ces nouveaux critères démontrent une modification des priorités de la Suisse. Ce changement pourrait aller à l’encontre des engagements internationaux de la Suisse dans le cadre des objectifs du développement durable », a déclaré M. Alfarargi.

« Il est également inquiétant que le Gouvernement envisage de réduire son taux d’aide au développement entre 2021 et 2024. J’en appelle à la Suisse pour qu’elle honore son engagement d’allouer 0,7 % de son produit national brut à l’aide publique au développement, comme le prévoient le Programme d’action d’Addis-Abeba et l’Agenda 2030 ».

À l’issue d’une visite de dix jours dans le pays, M. Alfarargi a présenté ses constats et recommandations préliminaires. Son rapport complet sera soumis au Conseil des droits de l’homme en septembre 2020.

Les recommandations du Rapporteur spécial s’inscrivent en droite ligne de celles énoncées par le Comité d’aide au développement de l’OCDE publiées au printemps 2019 et des préoccupations exprimées par la Fédération genevoise de coopération ainsi que certaines de ses associations membres lors de consultation du Conseil fédéral sur les orientations stratégiques de la Suisse pour la période 2021-2024 dans le domaine de la coopération internationale.

Genève, le 7 octobre 2019

Pour de plus amples informations, vous pouvez contacter :

CETIM, Melik Özden, tél. +41 79 728 80 58

Fédération genevoise de coopération, Catherine Schümperli Younossian, tél. +41 79 306 66 16


Connectez-vous pour laisser un commentaire