Travailler à la solidarité, ça s’apprend

Par le biais de douze modules englobant tous les aspects du développement, la formation Isango propose d’acquérir des outils de savoir-faire et de savoir-être. Explications.

C’est une formation efficace. Des modules propres à répondre aux attentes de personnes intéressées à renforcer leurs capacités en vue d’un départ à l’étranger et d’un engagement dans le Sud, mais pas seulement. En revisitant le programme de la formation, Isango et ses partenaires (la Fedevaco, E-CHANGER, Comundo, Eirene et DM-échange et mission) ont mis l’accent sur l’engagement individuel ou collectif à la solidarité à l’étranger, mais aussi en Suisse.

Colette Bordigoni, responsable pédagogique d’Isango, y voit une nette valeur ajoutée. « Avant la création d’Isango, nous proposions des formations davantage ciblées pour « l’envoi de personnes » de façon individuelle, explique-t-elle. Dès 2018, on s’adresse aussi aux associations actives en Suisse et ailleurs. C’est une nouvelle dynamique, une vision différente. La diversité des publics visés enrichit la formation. »

Développer une stratégie de communication pour son association. Mieux comprendre les enjeux de la rencontre interculturelle. Apprendre les bases de l’animation de groupe pour ses réunions de travail. Voici quelques-uns des modules que propose Isango en 2018. Anne Gueye-Girardet, chargée de la capitalisation et du partage de savoirs à la Fedevaco, se réjouit de l’offre à la fois variée et pertinente. « Cette formation, certifiée EduQua, représente un plus pour les cinquante associations membres de la Fedevaco, remarque-t-elle. Nous nous adressons à tous les acteurs du développement durable : nos associations manquent souvent d’outils pour autoévaluer leurs actions locales, qu’elles aient lieu en Suisse dans un pays du Sud. »

Nouveauté 2018, chaque module sera donné lors d’un séjour résidentiel de deux ou trois jours. Et ça, c’est fondamental aux yeux d’Anne Gueye-Girardet, habituée à donner des formations en soirée. « Jusqu’à cette année, les formations courtes de la FEDEVACO supposaient composer avec des personnes qui rejoignaient l’atelier après une journée de travail, arrivaient en retard parfois, partaient plus tôt d’autres fois, raconte-t-elle. Durant un week-end consacré à un atelier, on prend le temps de mieux creuser les problématiques.  J’ai suivi deux formations en résidentiel, étant moi-même chargée de projet bénévole. Et j’ai constaté la différence qualitative de ces temps mis à part pour la formation, l’échange et la discussion. » Mieux, Anne a découvert des outils avec lesquels travailler « dès le lendemain. »

Une formation pratico-pratique qui fait la part belle à l’autocritique, la remise en question et la réflexion : Colette Bordigoni, qui veille à la qualité des modules, insiste sur l’aspect participatif de ceux-ci. « Ensemble, on explore les seuils de tolérance de chacune et de chacun, on essaie de se poser les bonnes questions. Il y a beaucoup de bonne volonté dans les associations. C’est indispensable, mais ça n’est pas suffisant. » Avec Isango, les méthodologies participatives devraient faire la différence.

Sylviane Pittet, journaliste et chargée d’information à DM

En bref

Douze modules comme : appréhender la gestion de projet et s’exercer au cadre logique, explorer le partage de savoirs, comprendre les implications d’un engagement sur le terrain, déceler ses forces et ses faiblesses pour s’intégrer à un nouveau contexte. Ou encore évaluer la qualité de son partenariat, renforcer le pouvoir d’agir de personnes avec lesquelles on travaille. Coût des formations : Fr. 280.- 2 jours, Fr. 390.- 3 jours, tout compris, logement à Longirod en pension complète. Pour les associations membres de la FEDEVACO : tarif préférentiel, à regarder directement avec eux. Pour toute information, www.isango-formation.org  et www.fedevaco.ch > Formation


Connectez-vous pour laisser un commentaire